le menu
X
(02) 123-456-7890
  • Connexion
  • Créer un compte

Monthly Archives: mars 2017

image
2 années ago Non classé

Une visite et dégustation à la boucherie Goeders

C’est bien plus qu’une visite suivie d’une dégustation.

La première impression lors de l’arrivée est la bonne humeur et l’accueil tout en sympathie et c’est ensuite l’impeccable propreté et rigueur des locaux.
Tout à été réfléchi et mis en place afin de faire preuve d’une véritable rigueur d’organisation et de propreté.
Vous pourriez me dire cela est normal pour un tel établissement et bien non cela n’est pas toujours le cas alors quand cela a été fait plus que dans les règles il ne faut pas hésiter à le rappeler et le souligner.
Viens ensuite le début de la visite les différentes partie de l’établissement et bien sûre la visite et l’explication des 2 chambres de maturation.
Une première plus grande a pour objectif de faire la maturation la plus longue suivant bien sûre
Le type de bete
La catégorie du morceau
Son degré de graisse
Sa destination
La encore tout est fait au niveau technique et organisation pour s’assurer de la garantie d’un produit de très haute qualité et de respect des flux de production (tout est organisé pour séparé le travail des viandes maturées et des viandes ‘fraiches’).
Une seconde située au niveau du magasin permet de montrer la viande maturée mais surtout de terminer l’affinage de manière plus pointue avant la découpe et la vente.
Tout au long de la visite Patrick-Etienne Goeders nous explique tout
La destination des différentes machines et zones
Le rythme de travail (au bas mot c’est entre 1 tonne et 1,5 tonne de viande qui sort chaque semaine de l’établissement)
les différents temps de maturation, …
Se qui motive le propriétaire dans l’évolution de son établissement est la qualité et l’origine des produits qui sont lis en vente dans son établissement.
D’entrée de jeu il nous est explique qu’ici il est hors de question de voire des viandes sud ou nord américaines ou encore de nouvelles zélandes. Pourquoi me direz vous et bien il c’est simple
– aucune connaissance de l’origine du produit et de sa méthode d’élevage (nous sommes ici en présence d’homme qui bien qu’il découpe de la viande attache énormément d’importance au respect de la bête tout au long de son élevage et jusqu’a son abattage)
– pourquoi consommer des produits venant de si loin quand on voit se que l’on trouve dans notre région, pays, et aussi dans le sud de l’Europe
– les traitements que doivent subir de tel viandes afin de garantir une DLC (date limite de consommation) assez longue, ceci neutralise la viandes en question.(ionisation……………………)
Après une bon heure de visite et d’explication vient alors le moment tant attendu de la dégustation. D’abord bien sûre une petite mise en bouche de charcuterie faites maison et de viandes fumées maison mais aussi du sud de l’Europe. Et ensuite les pièces de choix, nous avons passé en revue 10 viandes d’origine belge, écossaise, italienne, autrichienne, espagnol. (Bleue des prés, Bianco, Aberdeen Angus, Holstein, Simmental, Highland, Rubia Gallega, et enfin Wagyu ) allant bien sûre d’un degrés de maturation 0 à jusque 100 jours pour la dernière.
C’est la que l’on rend compte des subtilités gustative que donne la maturation sur un produit de qualité, les saveurs de la viandes sont alors fondues on y retrouve des arômes de beurre, noisette
Tout au long de la visite il nous est expliqué l’évolution de la boucherie mais tout à été fait pour organ

© Copyright 2016 Manger Wallon. All rights reserved.